Conseille

Flagrant délit d’auto-sabotage

5 juillet 2015

flagrant délit d'auto sabotage talented girls blog

Aujourd’hui, j’ai été prise en flagrant délit d’auto-sabotage. C’était au cours d’une conversation des plus banales. J’ai confié, comme si de rien n’était, à mon amie, mon malaise à partir en vacances cet été. Mon impression de passer mon temps à voyager au lieu de travailler, de vivre au-dessus de mes moyens alors que je devrais m’efforcer de faire rentrer des sous dans mon entreprise. Il est vrai que ces derniers mois, j’étais sur la route presque tous les weekends. 80% de ces voyages étaient pourtant professionnels. C’est le problème (ou pas) lorsque l’on aime tellement son métier : on n’a pas l’impression de travailler. On trime, c’est sûr. Mais quel plaisir, quel bonheur, quel amusement. Alors aujourd’hui, j’ai culpabilisé de m’amuser autant.

L’auto-sabotage c’est sournois. C’est un réflexe que nous avons toutes et qui passe presque inaperçu. On peut le confondre avec de la modestie, de la timidité, de la politesse. Quand en réalité, c’est la traduction d’un  manque de confiance et de reconnaissance envers notre propre mérite.

Prenons le temps de nous écouter un peu. Nous nous rabaissons dans beaucoup de conversations. Dans nos pensées et dans nos gestes aussi. Et bien souvent nous ne nous en rendons pas compte. Nous considérerons cela comme normal.

Combien d’entre nous ont refusé d’investir en elles-mêmes, passant à côté de super opportunités prétextant ne pas être à la hauteur ?

Combien d’entre nous se sont senties mal devant la moindre idée de récompense, préférant opter pour des cadeaux bas de gamme (ou rien du tout) plutôt que du haut de gamme, comme nous le méritions vraiment ?

Combien d’entre nous ont culpabilisé de prendre du temps pour elles au lieu de travailler, s’occuper des enfants, du mari, du poisson rouge ?

Combien d’entre nous se sont entourées d’amis ou d’amour toxiques sans se demander si elles ne méritaient pas mieux comme entourage ?

Combien d’entre nous ont minimisé leurs talents en parlant de leur entreprise ou de leurs exploits, pensant sincèrement que les éloges et les compliments  (ou simplement les clients) n’étaient pas justifiés?

L’auto-sabotage, c’est notre faculté à refuser notre mérite. À refuser notre bien. À nous dire que nous n’en valons pas la peine ou que nous ne sommes pas à la hauteur. Nous n’attendons pas qu’on nous les dise,  nous nous les disons à nous-mêmes. Finalement, ils sont peu nombreux les gens qui nous mettent des bâtons dans les roues, qui nous empêchent d’être heureux et d’accomplir nos rêves. La plupart des bâtons, nous les posons nous-mêmes.

Nous, seules.

Chère Talented girl, apprends à reconnaître un auto-sabotage quand tu en vois un. Apprends à t’écouter, à t’observer et à repérer les tiens, mais aussi ceux de tes amis et de tes interlocuteurs.

Si tu en vois un passer, arrête ce que tu fais sur le champ. Telle une justicière, un arbitre, sors ton sifflet et ton carton. Et note en grand, en gras, en rouge :

Tu mérites le meilleur. Tu le mérites vraiment.

 

Avez-vous fait preuve d’auto-sabotage ces derniers temps ?
Racontez-moi en commentaire.

La règle du jeu est de terminer votre commentaire par
« je mérite le meilleur ».

Ps : merci Julia

Cet article vous a plu ?

Vous n'avez encore rien vu !

80% de mes articles sont exclusivement dans ma newsletter !

coaching-ensoleillé-talented-girls2

You Might Also Like

15 Comments

  • Reply Marielle 5 juillet 2015 at 20 h 16 min

    Grâce à toi, de moins en moins, j’ose, et je mérite le meilleur!!!
    A l’affût du moindre auto-sabotage!
    Gros bisous Anouk!!!

    • Reply Anouk_Talgirls 7 juillet 2015 at 10 h 10 min

      Yes yes yes Marielle ! Je vois ta métamorphose depuis nos coachings ensoleillés !!

  • Reply Gigi 6 juillet 2015 at 10 h 11 min

    Bonjour, Bonjour

    Qu’est ce que je me reconnais dans cet article. De l’auto sabotage, j’en fais très souvent. Ou plutôt, j’en faisais très souvent sans trop savoir ce que c’était. ..
    Un manque de légitimité, la sensation de ne pas meriter ce qui m arrive, l’impression que ce que je fais ne mérite pas qu’on s’y arrête car ce n’est pas un ‘vrai’ travail…
    Je suis styliste modéliste, spécialisée dans le sur mesure féminin, avec une envie de rendre belle toutes les morphologies, de débrider les corps et de faire reprendre confiance en soi à toutes les femmes que je croise.
    J’ai suivi des tonnes de formations, pour me prouver que je ne procrastonais pas, pour que les gens me reconnaissent telle qu’une personne qui a sa place.
    Et puis finalement, j’ai compris que la seule personne que je devais convaincre, c’était moi. Aujourd’hui, je vais de l’avant, même si certains jours, une petite voix sait se faire entendre concernant les doutes et les peurs, mais elle me fait du bien aussi, c’est ma façon de ne pas perdre pied…

    • Reply Anouk_Talgirls 7 juillet 2015 at 10 h 14 min

      Tu as tout compris ! Ta petite voix, c’est aussi celle qui va te faire avancer en sécurité. Apprends à trouver l’équilibre entre la voix de la peur qui t’empêchera de prendre des risques incalculés et de l’instinct qui te force à faire preuve de courage et à passer à l’action 😉

  • Reply Gigi 6 juillet 2015 at 10 h 12 min

    Et aujourd’hui, je mérite le meilleur! !!!!!!!!

    • Reply Anouk_Talgirls 7 juillet 2015 at 10 h 12 min

      Amen !!!

  • Reply Cecile 6 juillet 2015 at 23 h 15 min

    Bonjour,
    Je pense faire preuve d’auto sabotage lorsque j’explique aux gens (proches, clients etc) que je me suis lancée à temps complet dans l’aventure de l’entrepreunariat mais que si ça ne fonctionne pas dans 2-3 ans, je ne serais pas trop âgée pour retrouver un boulot.
    En plus, je ponctue en disant que comme ça, je n’aurais pas de regrets d’avoir essayé …
    Ce n’est pas un message très positif que je m’envoie et que je dégage auprès des autres. La preuve totale d’un manque de confiance en moi et peut être dans la viabilité de mon projet au final…
    Il faut que je stoppe ce discours parce que « je mérite le meilleur » 😉

    • Reply Anouk_Talgirls 7 juillet 2015 at 10 h 18 min

      Merci pour ce partage Cécile ! C’est en effet un très mauvais réflexe que nous avons toutes ! Nous devrions chercher une autre formulation un peu plus positive pour nous justifier (car malheureusement, on doit toujours se justifier), du genre : « Ce que je risque ? Prendre mon pied à faire ce que j’aime vraiment dans la vie et à m’amuser comme une dingue tellement les heures passées sur mon projet ne ressembleront en rien à du travail pénible ! Mais je prends le risque 😉 « 

    • Reply aunomi 29 août 2016 at 15 h 19 min

      Bonjour Cécile, je me reconnais dans ce que tu écris car je suis en plein dedans et j’avoue tenir ce discours qui me semble rassurant et pourtant en te lisant effectivement pas très positif… Merci tu viens de m’éclairer 😉

  • Reply Ade 7 juillet 2015 at 15 h 15 min

    Je me reconnais tellement dans ce que tu écris. J’ai pris conscience il y a peu de à quel point je pouvais moi même me mettre des bâtons dans les roues : dans ma recherche d’emploi en m’autocensurant, dans ma vie de tous les jours en restant parfois en retrait, sur mon blog en en parlant comme mon « petit » blog diy.

    Merci pour cet article, on ne le redira jamais assez, on mérite le meilleur et il faut oser faire les choses dont on a envie et relever des challenges même quand on ne s’en sent pas « capable ».

    J’ai vu dans ta lettre que tu partais un mois à Madagascar, passes de bonnes vacances avec ta famille et fais nous de belles photos 😉

  • Reply Syndrome de l'imposteur: Comment éviter les pièges - Happy Chantilly 10 novembre 2015 at 8 h 01 min

    […] c’est de l’auto-sabotage, comme l’avais très bien nommé Anouk sur son article Flagrant délit d’auto-sabotage. (Allez lire son article il est […]

  • Reply Céline Kaeser 6 décembre 2015 at 13 h 39 min

    « L’auto-sabotage, c’est notre faculté à refuser notre mérite. À refuser notre bien. À nous dire que nous n’en valons pas la peine ou que nous ne sommes pas à la hauteur. Nous n’attendons pas qu’on nous les dise, nous nous les disons à nous-mêmes. »

    Quelle phrase censée!!! Comment? Refuse-je mon mérite? Mais oui bien sûr. Je suis mon auto-saboteuse préférée. Comment dépasser cet auto-saboteur? En prendre conscience, l’accepter, l’apprivoiser, s’en faire un ami peut-être? Ou alors crier à haute voix de tout son corps:
    « je mérite le meilleur ».

  • Reply Mes résolutions et objectifs pour 2016 | Sous mon parasol 29 décembre 2015 at 10 h 24 min

    […] à ma liste d’idées et prendre plaisir à les rendre concrètes en évitant l’auto-sabotage (à lire : Flagrant délit d’auto-sabotage). Je veux être attentive aux doutes, au manque de confiance en moi, à la peur d’échouer et à […]

  • Reply Julie lit au lit 5 mars 2016 at 16 h 29 min

    « Combien d’entre nous se sont senties mal devant la moindre idée de récompense, préférant opter pour des cadeaux bas de gamme (ou rien du tout) plutôt que du haut de gamme, comme nous le méritions vraiment ? »

    Pendant environ 20 ans, j’ai déboursé 15-25$ pour me faire couper les cheveux. Depuis l’an dernier, j’ai décidé de fréquenter un salon haut de gamme, où je débourse 65$ pour me faire couper les cheveux. Ça me coûte environ 3 fois plus cher qu’avant et je suis au moins 3 fois plus heureuse qu’avant. Souvent, les gens trouvent ça très cher pour une simple coupe. Pour ma part, je sais que je le mérite bien et que c’est un de mes rares luxes! Il faut se gâter!

  • Reply Julie 22 mai 2017 at 17 h 59 min

    je me balade sur ton blog depuis une heure et je peux te dire que je note pas mal de choses ! merci de ton aide 🙂

  • Laisser un commentaire

    Réinitialiser le mot de passe
    Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.