Latest Blog Posts — Page 3

Tes clients sont exactement comme toi

Tes clients sont comme toi

Tes clients sont exactement comme toi.

En tout cas, c’est ce que j’ai remarqué pour moi.

Pourquoi ?

La raison est très simple. Quand on crée son métier, on se sent souvent investi.e d’une mission de « réparer ». On souhaite apporter au monde quelque-chose dont on a pu manquer.

Du soutien, de l’écoute, une solution toute faite à un problème que l’on a eu, un objet qui nous a manqué…

Parfois ce n’est pas un manque qui nous drive, mais une passion, une vision, un goût particulier pour un sujet ou une esthétique.

Alors on exprime sa passion, sa vision, on crée des objets que l’on aime et on partage sa personnalité et sa façon de voir le monde à travers son métier.

Dans tous les cas, on offre au monde ce que l’on est. Et les résonances se créent avec des gens qui partagent nos goûts, nos valeurs, nos problématiques, nos passions, nos visions.

Nous parlons aux gens qui ont des points communs avec nous et se reconnaissent dans ce que nous offrons.

D’où l’importance de se connaître et de s’exprimer. Car il n’y a pas plus simple et fluide que s’adresser à des clients en qui l’on se reconnaît.

 

Sur cette photo, le portrait ensoleillé de mon amie Anne, créatrice des carnets de méthodologie et de papeterie pour réaliser ses rêves : 23heures59éditions.

Faire de son besoin essentiel un métier

Faire de son besoin essentiel un métier

Faire de son besoin essentiel un métier.

J’ai un besoin essentiel, celui d’écrire.

Je ne dirais pas que j’ai une passion pour l’écriture. Je suis bien incapable d’écrire des histoires et cela ne m’enthousiasme pas vraiment. Je n’ai pas non plus de passion démesurée pour la lecture, même si j’en apprécie le loisir.

Par contre, j’ai besoin d’écrire, comme je respire.

J’ai besoin d’exprimer ce qu’il y a en moi et de le coucher sur le papier. J’écris bien plus que je ne parle. Et d’ailleurs, j’écris bien mieux que je ne parle. Car l’écriture permet de canaliser le flux de pensées incessant dans ma tête. À l’oral, mes pensées vont plus vite que ma diction, et un peu comme le joueur d’échec de Stefan Zweig, au moment où je prononce une idée, dans ma tête je suis déjà deux idées plus loin. Ce qui crée parfois des embouteillages voire des carambolages.

Écrire m’aide à ralentir ma pensée et à la figer. C’est comme une méditation.

Depuis toujours, j’écris. Des lettres épaisses comme des livres, des amours épistolaires, des journaux intimes, des blogs…

Si je n’écris pas, je manque d’oxygène. Je ne sais pas ce que je pense, ni ce que je ressens. C’est une sensation bien désagréable.

Quand j’ai créé mon métier, il y a 8 ans, je me suis demandée : qu’est-ce que je sais bien faire, que j’aime faire et que je ne me lasserai pas de faire ?

La réponse, à cette époque, était : écouter les gens me parler d’eux et les conseiller, les guider, les aider à y voir clair.

Comment allais-je faire ça ? La question ne se posait pas. Il était hors de question pour moi d’utiliser le téléphone que je déteste. Ou enchaîner les rendez-vous en personne, gourmands en énergie, car j’ai trop besoin d’évoluer dans mon lieu ressource, qu’est mon cocon.

Pour moi, ce serait l’écrit sinon rien.

Durant 8 ans, j’ai donc accompagné les gens à l’écrit jusqu’à comprendre que dans mon besoin vital se cachait un super pouvoir. Une relation magique avec les mots.

J’arrivais grâce aux mots à me connecter à l’âme des gens. À la pureté de leurs coeurs, à leur âme d’enfant. J’allais au-delà de la surface et de l’apparence, puisque je ne les voyais pas, et je découvrais l’intimité et la richesse de leurs profondeurs.

Ces échanges de coeur à coeur m’ont appris à développer mes capacités intuitives et à déceler les mots au-delà des mots. Traduire les silences, les non-dits. Ce qui se cache derrière ou entre les mots. Percevoir l’émotion, l’énergie, la vibration, dans la froideur apparente d’une boîte mail, j’ai trouvé la chaleur humaine, le coeur qui bat.

Petit à petit, j’ai affiné mes accompagnements pour aujourd’hui aider les gens à mieux se connaître, grâce à l’écrit. Et l’écrit n’est pas la maîtrise de la langue française. Ce n’est pas un exercice de dissertation. C’est simplement l’échange à coeur ouvert, avec quelqu’un qui ne vous voit pas et ne vous a jamais vu.e, qui ne vous entend pas et ne vous a jamais entendu.e. Une connexion à votre essence, avec d’autres sens.

Pour moi, l’écrit est mon essentiel. Et parce qu’il est mon essentiel, il fait sens pour moi de le mettre au coeur de ma vie.

Notre métier occupant 80% de nos journées, mettre nos essentiels au centre de nos métiers, voire comme pierres fondatrices de ces derniers est une magnifique garantie de faire ce que vous aimez et ce qui vous correspond dans la vie.

Je suis convaincue que ce qui nous nourrit est ce que nous avons à offrir au monde, pour que le monde nous nourrisse à son tour.

 

Sur cette photo, le portrait ensoleillé de la fabuleuse Audrey de Voyages intérieurs, amoureuse, comme moi de l’écriture, des mots et des carnets.

Welcome home !

créer une vie sur mesure

Bonjour cher journal,

Comme cela m’avait manqué d’écrire ici !

 

Il y a quelques semaines, j’ai quitté le dernier réseau social sur lequel je partageais. J’ai essayé de m’y contorsionner pendant plusieurs années, sans jamais parvenir à m’y sentir bien. Cela me prenait du temps, de l’énergie et ne me procurait que dépendance et frustration.

En quittant ce dernier, j’ai retrouvé quelque-chose qui m’est cher : le plaisir d’écrire. J’ai réinvesti ma newsletter, mon endroit de partage préféré. Je l’ai remaniée pour y mettre encore plus de créativité.

Puis petit à petit, à force de multiplier les envois, j’ai eu l’idée de ré-ouvrir mon blog, que j’ai désormais envie d’appeler journal. Pour permettre aux gens qui, comme moi, se sentent rapidement submergés par l’information et la boîte mail qui déborde, de venir me lire quand bon leur chante et surtout : à leur rythme.

Ma newsletter restera l’endroit de toutes les exclusivités et je ne partagerai pas systématiquement ici ce que j’y écris là-bas. Mais ce double espace me permettra d’assouvir mon besoin illimité d’écrire sans craindre de déranger.

 

Me voici donc, cher journal, heureuse de te retrouver après toutes ces années. Toi, l’espace par lequel tout à commencé, il y a maintenant 8 ans. Grâce à toi, j’ai pu réaliser tant de rêves, notamment celui de créer des entreprises et de vivre de ce que j’aime.

Tu as été l’espace idéal, à l’époque où je cherchais un journal intime en ligne, pour accueillir mon besoin vital d’écrire et d’exprimer ce qui se trouvait en moi. Un lieu pour héberger ma soif de découvertes et de partage et ma créativité débordante.

Après deux livres écrits comme des journaux de bord, c’est donc naturellement que ce format viendra recueillir la suite de mes aventures. Je compte bien t’utiliser, cher journal, pour raconter ma mission de vie, qui elle, n’a pas changé : gagner ma vie en faisant ce j’aime. Vaste projet !

 

C’est une promesse que je me suis faite quand j’avais 20 ans. Cela date un peu maintenant. Et je n’ai jamais cessé de l’explorer.

Une promesse qui demande une vraie exploration de soi, pour apprendre à se connaître, à décoder son fonctionnement, définir ses envies et ses valeurs, honorer ses joies et ce qui nous fait vibrer.

Un vrai engagement pour se délester de ses conditionnements, de ses envies de plaire et de satisfaire, de son besoin d’être intégré.e.

Désapprendre à danser avec le regard extérieur, et guider son propre regard vers l’intérieur.

Se regarder autrement, se regarder entièrement. Oser se regarder. Et se donner la place et la chance d’exister et de s’exprimer.

C’est une course de fond dans un chemin profond, cher journal. C’est revenir à la base et à l’essence. Tout déconstruire pour ne garder que l’essentiel.

La joie.

Cette énergie déclencheuse des plus belles conséquences.

Ce début de parcours, je l’ai raconté dans mon livre. J’aimerais poursuivre son récit ici.

 

À qui s’adresse ce journal :

À toutes les personnes qui aiment lire en plus de 2 200 caractères. Aux personnes qui ont envie de vivre une vie de kif et souhaitent trouver le courage de créer leur propre voie. Les personnes qui aiment sortir des sentiers battus. Qui veulent une richesse pleine de joie et de sens. Aux personnes qui désirent vivre à leur rythme et pas à celui qu’on leur impose. En composant leur vie et leur métier comme ils l’aiment, comme ils se sentent bien dedans : une vie à leurs mesures.

Au plaisir de t’écrire donc, cher journal. Et surtout, de vous écrire, chères personnes qui me lirez.

 

Que l’aventure commence…