Posts in "Journal" Category — Page 2

Augmenter ses tarifs : la difficulté n’est pas celle que l’on croit

augmenter ses tarifs la difficulté n'est pas celle que l'on croit

Plus j’avance sur mon chemin d’entrepreneure, plus je réalise que ce qui me motive n’est pas vraiment l’argent. Je n’ai pas des rêves de développement financier, d’évolution, d’équipes, de conquête de marché, de chiffre d’affaire croissant…

J’ai des rêves de liberté et de plaisir.

Ma motivation principale est d’être libre de faire ce que j’aime chaque jour de ma vie à travers mon métier. Je veux remplir mes besoins d’être ma propre patronne et de pouvoir travailler quand je veux, où je veux et surtout comme je veux. Je veux vivre un métier de passion, vivre des moments de joie et de kif grâce à mon métier. Offrir et partager ce qui me fait vibrer, faire de belles rencontres avec mes client.es, et mettre mes talents et mon savoir-faire au profit de projets qui ont du sens.

Depuis 12 ans maintenant, je travaille à incarner cette vision que j’ai de la vie. Je m’attèle à montrer que c’est possible, pour celles et ceux qui ont aussi ces besoins et ces rêves-là. Montrer que ce n’est pas juste un rêve, une utopie. Qu’il est possible de faire un métier que l’on aime et qui a du sens pour nous tous les jours de notre vie.

Créer son propre métier

Il y a sans doute plusieurs façons de le faire. Pour moi, cela a impliqué de créer mon propre métier. Pour me garantir le maximum de liberté, il me fallait être indépendante et créer mon métier de toutes pièces afin qu’il me ressemble et soit conforme à ma façon d’être et de fonctionner.

Je savais dès le départ que je souhaitais accompagner les gens à être plus heureux dans leur vie. Et plus précisément, ceux décidés à créer leur propre métier (et par prolongement, leur propre vie).

J’ai donc commencé en créant ma propre version et vision du coaching et en utilisant mon outil de prédilection : l’écriture. Au fur et à mesure que je me découvrais, j’affinais les contours de mon métier pour le rendre plus ergonomique à mon énergie.

J’ai réalisé notamment que cette dernière était de meilleure qualité quand j’accompagnais peu de clients à la fois, car j’ai besoin de cheminer avec eux en profondeur et en leur donnant toute mon attention, sans me disperser.

Au fur et à mesure des années, j’ai réalisé que mon nombre idéal de clients était de 2 à 3 à la fois. C’est relativement peu par rapport à mon référentiel, et cela suppose d’assumer des tarifs élevés afin de me garantir un quotidien serein.

Ma tarification devait donc être une étape clés pour m’aider à trouver la liberté et la fluidité.

Cela s’est avéré être (et s’avère encore, c’est un chemin permanent) un réel travail sur moi-même.

Augmenter ses tarifs

En effet, passer la barre du millier d’euros a été une étape symbolique. Je me souviens de la première fois où j’ai investi cette somme-là pour moi… Cela a été un grand pas. Une sortie de ma zone de confort, qui m’a donné le courage de croire en moi pour faire les bons choix et en ma capacité à rendre l’expérience fructueuse et transformatrice.

Proposer des services à plusieurs milliers d’euros a, pour moi, une difficulté qui n’est pas inhérente au prix : celle d’accepter de ne pas plaire à tout le monde.

De ne pas plaire, de ne pas satisfaire, de ne pas pouvoir aider autant de monde qu’on le voudrait. On aimerait tant être aimé.e, apprécié.e, reconnu.e de tous ! L’idée de renoncer à cette option, aussi illusoire soit-elle, est synonyme de perte dans nos inconscients.

Ne pas être accessible à tous signifie aussi ne pas être compris.e et accepté.e par tous. L’argent réveille les peurs et les jugements.

Augmenter ses tarifs, c’est accepter la possibilité de rencontrer cela. C’est accepter que cela prendra peut-être plus de temps, que l’on perdra peut-être une partie de son public, que l’on sera moins entouré.e ou moins accueilli.e.

C’est aussi accepter d’aller vers l’inconnu, peut-être vers un nouveau public. C’est sortir de sa zone et de son environnement confortables pour aller vers l’ailleurs, vers le changement.

C’est grandir, finalement.

Grandir en confiance en soi, grandir en acceptation de soi et de sa valeur. Oser regarder en face tout ce que l’on procure aux gens. Oser se dire que l’on fait du bon travail.

Finalement, c’est presque le plus effrayant. Regarder son talent en face. Accepter sa propre valeur. Affirmer son travail. S’affirmer, soi.

Pour avoir augmenté mes tarifs chaque année depuis 8 ans, je sais que cette partie d’acceptation et d’affirmation de soi est en réalité la plus dure pour moi. Car mes client.es m’ont toujours suivie, peu importe le prix. Ceux qui sont partis sont souvent revenus, quand ils étaient prêts. Ceux qui voulaient travailler avec moi s’en sont donné les moyens.

La peur d’accepter

Le plus effrayant n’est pas le prix que l’on se donne. C’est accepter. Accepter que l’on ne peut pas accompagner tout le monde et qu’il faut faire des choix. Et que l’un des premiers choix, pour aider au mieux les autres, c’est de se soutenir soi.

Aujourd’hui, je fais le choix d’accompagner encore moins de monde, mais mieux. C’est un nouveau pas hors de ma zone de confort, mais c’est un chemin juste pour moi. Pour avoir la meilleure énergie à transmettre à mes clients et leur offrir un maximum de valeur.

Mon accompagnement majeur s’appelle La Rencontre. C’est une expérience complète, un voyage en 3 étapes, pour apprendre à se découvrir, se reconnecter à soi et prendre toute sa place. C’est une offre intense en découvertes, en émotions, en connexion(s), en révélation(s). C’est une offre créative dans laquelle je déploie tout ce que je suis, pour vous aider à exprimer tout ce que vous êtes.

C’est une expérience dans laquelle vous repartirez avec votre mode d’emploi personnel, mais aussi des outils pour continuer à vous rencontrer et gagner confiance en vous. Vous repartirez également avec une bibliothèque de photos ensoleillées de vous, de votre univers, de vos créations, de votre métier pour montrer au monde qui vous êtes et attirer les clients qui vous correspondent.

C’est un accompagnement pluriel au tarif de 3000€. Une nouveauté pour moi d’assumer ce tarif, mais il les vaut entièrement.

Il sera l’option pour celles et ceux qui voudront investir dans un portrait complet et une expérience à la fois unique et intime, en individuel avec moi.

Pour les personnes qui aimeraient avoir des photos ensoleillées sans être accompagnées, mes Portraits ensoleillés seront l’option idéale.

Et pour celles et ceux qui préfère se découvrir en toute autonomie, mon aventure de la Chasse au trésor est toute trouvée.

Je n’ai pas peur de dire que j’ai peur d’être moins accessible. Mais à mesure que j’avance, je gagne confiance en ma valeur, en ma capacité à investir en moi-même et dans la justesse de mes décisions. J’ai confiance qu’en gagnant en précision, je saurai créer les rencontres faites pour moi. Et que chacun y gagnera, au bout du compte.

 

Une photo prise par Céline Chhuon, lors d’un merveilleux atelier floral au jardin de Florésie.

Votre stratégie est-elle cohérente avec vos rêves ?

Votre stratégie est-elle cohérente avec votre business idéal ?

Votre stratégie est-elle cohérente avec vos rêves de business idéal ?

Mon travail personnel est un chemin que je défriche et que j’offre à mes lecteur.ices et client.es : rapprocher chaque jour un peu plus mon business de ce que je suis, pour ne faire qu’un. Être ce que je fais. Faire ce que je suis. Matérialiser les battements de mon cœur. Réaliser mon œuvre d’âme.

Chaque jour, je me questionne, j’affine mon écoute, je rectifie ma trajectoire. Je poursuis la fluidité. Pas la facilité, non, la fluidité : cette sensation d’être imbriquée dans une vie à mes mesures. Un quotidien qui épouse mes formes, mon fonctionnement, mes gestes, ma vision, ce que je suis.

À mesure que j’avance dans cette danse, j’observe que plus je me rapproche de ce que je suis, plus la vie me soutient. Elle m’épaule, me guide, m’apporte ce dont j’ai besoin quand j’en ai besoin. Au début, sous forme d’épreuves pour me rendre compte de mon inconfort quand je ne suis pas à ma juste place. Puis, les épreuves finissent par se transformer en de véritables cadeaux, secours et outils pour soutenir mes avancées.

La vie est en perpétuelle communication avec nous. Il suffit de lui parler et de l’écouter pour que l’échange grandisse, s’intensifie et s’harmonise.

Aujourd’hui, dans ma quête du métier sur-mesure, je me suis posée la question de mon business idéal. À quoi ressemble-t-il vraiment ? J’ai rarement osé répondre à cette question de manière honnête et surtout déconditionnée. J’ai souvent confondu les désirs des autres avec les miens. La définition médiatisée du succès et du bonheur avec ma propre définition de ces concepts. Ce qui m’a éloignée, d’un ou plusieurs pas, de ma réelle trajectoire.

En me posant cette question, j’ai réalisé que beaucoup de mes actions n’étaient pas cohérentes avec mes vrais désirs.

Mon rêve, si j’ose l’exprimer, est d’être un business secret. Celui dont l’adresse se communique essentiellement par le bouche-à-oreilles. Un business qui n’est pas accessible à tout le monde. Pas compréhensible pour tout le monde. Un message qui, s’il passe par le mental, en devient brouillé, flou, inintelligible. Un message qui s’adresse directement aux sens, au cœur, à la sensibilité, à l’énergie.

Mon business idéal me permet d’entrer en résonance avec mes clients. Comme une véritable rencontre. Une vibration commune. Sur la même longueur d’onde. Il suffit d’un regard, d’une parole échangée, d’un instant de connexion pour savoir que l’on va cheminer ensemble et partager un moment riche et épanouissant grâce à la combinaison de nos énergies et de notre créativité.

Si j’étais une boutique, je serais une hybride, mi atelier, mi spa, mi salon de thé au fond d’un jardin, ou d’une cour. Dans un endroit hors du temps. Un lieu magique à l’abri des regards, derrière une porte qui ne paie pas de mine.

Je serais comme ce vieil acupuncteur bien connu des sportifs de haut niveau qui les reçoit dans une petite pièce adjacente à son salon.

Je serais comme cette médium qui n’a jamais le temps de s’occuper de son vieux site internet et de ses réseaux mais qui n’a pas de séance disponible avant 3 mois.

Je serais comme cette psy inconnue du grand public qui accompagne toutes les stars du showbiz.

Je serais cette précieuse personne de l’ombre. Celle qui n’a pas besoin d’être célèbre pour avoir des clients. Celle qui a comme carte de visite son travail et son talent. Je veux être cette adresse que l’on préfère garder pour soi mais qu’on conseille fièrement, quoi que discrètement, comme si l’on détenait le graal.

Je serais cette personne qui n’a pas de réseaux sociaux, qu’on appelle par son prénom car on ne connait pas son nom et qui ne prend qu’une petite poignée de clients à la fois pour les servir avec présence et qualité. Ces clients que je ne considèrerais pas comme des clients, mais comme des amis. Des amis à qui j’offrirais tout mon coeur et toute mon attention. Le meilleur de moi-même.

Je serais cette personne qui coûte cher mais qui prend le temps. Celle dont on réalise rapidement que malgré l’investissement, on en a eu pour son argent.

Celle qui crée l’espace sans vous brusquer, qui vous laisse aller à votre rythme et qui s’adapte avec souplesse, dans le respect de ses clients et d’elle-même.

Je serais un havre de paix, d’expansion et de joie.

Un havre secret. Un havre magique.

Un havre dans lequel on a plaisir à revenir pour se ressourcer, se retrouver et créer des moments uniques.

En réalisant le portrait de mon business idéal, je me suis demandée pourquoi, durant toutes ces années, j’ai mis mon énergie, mon temps et mes ressources dans l’acquisition de visibilité sur les réseaux sociaux. Pourquoi ai-je passé tant de temps à me faire une vitrine publique si je souhaitais rester une adresse secrète?

Pourquoi n’ai je pas plutôt favorisé le bouche-à-oreilles, la création d’offres puissantes et mémorables, la fidélisation de mes clients déjà établis ? Pourquoi n’ai-je pas mis mon cœur dans l’aménagement de ce havre de paix secret ? Pourquoi n’ai-je pas plutôt façonné de belles invitations à la main aux bonnes personnes au lieu de m’exposer à tout le monde ?

Pourquoi ma stratégie était si peu cohérente avec mon rêve de coeur ?

Par peur, sans doute. Par peur, souvent.

La peur que ce rêve ne soit pas suffisant. Qu’il ne fonctionne pas car trop divergent de ces exemples homogènes de réussite.

Parfois, nous nous laissons influencer par ce que nous voyons. J’ai souvent manqué de confiance et d’écoute pour oser emprunter des chemins détournés.

Heureusement, la vie et le corps, ce messager, sont là pour nous rappeler, dans nos inconforts et nos résultats dépourvus de justesse et de fluidité que nous sommes peut-être à côté de notre plaque. Et qu’il n’est jamais trop tard pour se réajuster.

J’ignore s’il y a un point final à ce travail de recalibrage. J’ignore si on atteint un point de perfection. Je pense au fond de moi que la vie est un perpétuel mouvement entre l’équilibre et le déséquilibre. Chaque instabilité contribuant à notre croissance, à notre avancée, à notre enrichissement intérieur. C’est finalement ce qui rend ce jeu de la vie passionnant.

En tous cas, plus je me sens en harmonie avec mes propres désirs, plus j’ai d’occasions de ressentir ce délicieux état de fluidité.

Et plus je tâche d’en profiter.

Sur cette photo, le portrait ensoleillé de la star Lyvia Cairo, experte en sexualité et écrivaine qui a récemment quitté les réseaux sociaux, comme un geste d’amour et de confiance pour elle-même et son travail. Vous pouvez la découvrir dans son inspirante newsletter.

Tes clients sont exactement comme toi

Tes clients sont comme toi

Tes clients sont exactement comme toi.

En tout cas, c’est ce que j’ai remarqué pour moi.

Pourquoi ?

La raison est très simple. Quand on crée son métier, on se sent souvent investi.e d’une mission de « réparer ». On souhaite apporter au monde quelque-chose dont on a pu manquer.

Du soutien, de l’écoute, une solution toute faite à un problème que l’on a eu, un objet qui nous a manqué…

Parfois ce n’est pas un manque qui nous drive, mais une passion, une vision, un goût particulier pour un sujet ou une esthétique.

Alors on exprime sa passion, sa vision, on crée des objets que l’on aime et on partage sa personnalité et sa façon de voir le monde à travers son métier.

Dans tous les cas, on offre au monde ce que l’on est. Et les résonances se créent avec des gens qui partagent nos goûts, nos valeurs, nos problématiques, nos passions, nos visions.

Nous parlons aux gens qui ont des points communs avec nous et se reconnaissent dans ce que nous offrons.

D’où l’importance de se connaître et de s’exprimer. Car il n’y a pas plus simple et fluide que s’adresser à des clients en qui l’on se reconnaît.

 

Sur cette photo, le portrait ensoleillé de mon amie Anne, créatrice des carnets de méthodologie et de papeterie pour réaliser ses rêves : 23heures59éditions.