Ces deux voix dans ma tête, dont l’une qu’on appelle intuition

Ces deux voix dans ma tête dont l'une s'appelle intuition

Ce que je m’apprête à vous raconter est une vérité qui m’appartient. Peut-être en avez-vous une différente. Peut-être même que la vôtre et la mienne se complètent…

Il y a deux voix dans ma tête.

La voix de la peur. Celle qui parle sans cesse. Elle prend beaucoup de place, toute la place parfois, souvent… trop souvent.

La voix de l’amour. Celle-ci est plus calme, plus confiante, elle n’a pas besoin de parler beaucoup pour se faire comprendre. Encore faut-il l’entendre. Dans le brouahah de la peur, elle a parfois du mal à se frayer un chemin.

La voix de la peur s’appelle aussi l’égo, le mental, ou du moins en est la composante, la porte-parole. Elle veut que tout se passe bien et sans danger alors elle organise, analyse, rationalise, scanne en permanence tout ce qui bouge autour de moi et en moi, mes expériences passées, pour créer des schémas. Puis elle m’avertit de tous les dangers. Et si je n’écoute qu’elle, alors, je reste souvent sur mon canapé à ne pas faire grand chose. Le monde est bien trop hostile, voyez-vous. Mieux vaut être prudente.

La voix de l’amour se manifeste moins. Elle ne répète pas souvent ce qu’elle dit alors à moi de m’entraîner à l’entendre et lui faire de la place. Elle est assurée et rassurante. Elle me dit que rester cachée sous les plaids de mon canapé, c’est céder à la peur et que la peur n’est pas mon seul choix. Que je peux me lever et suivre la voix de mon coeur. Et être soutenue pour ça. Cette voix s’appelle aussi l’intuition.

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise voix. L’égo se nourrit de nos expériences et essaie de nous maintenir en vie. Il crée des cocons de sécurité, des bunkers parfois. L’intuition sait ce que nous venons faire sur Terre et tente de nous accompagner sur notre chemin de vie. Elle nous fait sortir de nos zones de confort, possiblement pour notre plus grand bien.

Avancer sans tenir compte des dangers est risqué. Et l’égo est là pour une bonne raison : nous éclairer. Nous rappeler ce qui est important pour nous, ce qui est fragile et vulnérable. Ce qui nécessite d’être rassuré ou guéri.

Avancer en étant guidé.e par la seule peur est également risqué. Cela nous entraîne dans des voies qui semblent sécurisées mais qui ne sont pas réellement faites pour nous. Un sentiment d’inadéquation qui nous ralentit et nous fait souffrir à la longue.

Personnellement, j’apprends à arpenter ma vie en redonnant à chaque voix sa juste place. En écoutant au maximum mon coeur et la sagesse de sa guidance. Et en mettant de la conscience sur mon égo. En prenant le temps de regarder et de rassurer ce qu’il me montre : mes peurs, mes blessures, mes insécurités, mes vulnérabilités.

J’essaie aussi de les faire se parler entre elles. Qu’elles s’allient au lieu de se défier. Qu’elles soient là l’une pour l’autre, pour se rassurer et s’entraider.

Petit à petit, j’arrive à me détacher de ces voix, à ne pas m’identifier à mes peurs, à les observer avec recul et à me connecter à mon intuition quand je me sens perdue pour qu’elle me donne la direction. Plus je redonne sa juste place à chacune, plus je me rééquilibre. Je rétablis à la fois ma connexion et mon ancrage, pour plus de solidité.

La vie est un équilibre permanent. Comme un.e équilibriste sur un fil, nous tenons en nos mains ce qui nous maintient debout : nos deux polarités, reliées par une même perche. La juste alliance des deux nous permet d’avancer. Quand nous cédons à l’un des extrêmes, nous manquons de tomber. À nous d’ajuster notre dosage en permanence.

À nous d’écouter nos deux voix, et de ne pas céder à l’une sans parler à l’autre.

Entendre mon mental et écouter mon intuition.

Suivre mon coeur en connaissant mes peurs.

Faire des choix d’amour pour alléger mon égo.

Un auto-portrait ensoleillé, pour montrer mon amour des carnets, les sâcrés détenteurs de toutes mes pensées et de toutes mes voix.

Share this post

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.